Ukraine : Orange !

Par admin | 1 octobre 2007

Pour citer cet article : admin, “Ukraine : Orange !”, Nouvelle Europe [en ligne], Lundi 1 octobre 2007, http://www.nouvelle-europe.eu/node/284, consulté le 22 juin 2018

uliya_facearticleJulia Timochenko a créé la surprise hier aux élections ukrainiennes. Le "bloc Julia Timochenko" a réalisé une percée importante en talonnant à quelques points le "Parti des Régions" de Viktor Ianoukovitch. Pourtant, seule une sincère réconciliation des "Oranges" divisés depuis 2005 leur permettra de prendre en mains les destins de l'Ukraine.

uliya_facearticleJulia Timochenko a créé la surprise hier aux élections ukrainiennes. Le "bloc Julia Timochenko" a réalisé une percée importante. Pourtant, seule une sincère réconciliation des "Oranges" divisés depuis 2005 leur permettra de prendre en mains les destins de l'Ukraine.
 
Les derniers résultats restent pour l'instant incertains. Le taux de participation semble avoir été relativement satisfaisant au vu du découragement d'une bonne partie des Ukrainiens face aux perpétuelles querelles de leurs dirigeants : plus de 62% des inscrits seraient allés voter.
 
Ria Novosti, l'agence de presse russe annonce que l'égérie orange aurait même devancé le candidat pro-russe, Viktor Ianoukovitch. Ce matin, elle serait créditée de 33,38% des voix après le dépouillement de 25% des bulletins. Le "Parti des Régions" ne serait pas loin avec plus de 29% des suffrages et devancerait le "Bloc Notre-Ukraine / Autodéfense" du Président en fonction, Viktor Ioutchenko, qui compterait environ 16% des voix.  
 
D'autres agences, s'appuyant sur des sondages à la sortie des urnes, donnent Ianoukovitch toujours vainqueur et celui-ci exige donc le droit de mener les négociations de formation d'un gouvernement en temps que leader du premier parti de l'Assemblée. Si ce droit lui est accordé, il est néanmoins peu possible qu'il y parvienne.
 
Si les Oranges ont gagné, le plus dur reste devant eux : surmonter leurs divergences. Les tractations entre Ioutchenko, le Président, et Timochenko, aujourd'hui en position de force, vont être complexes. Le Président a ses "domaines réservés", comme la Défense ou les Affaires étrangères, dont il peut nommer les ministres, les autres seront confirmés par une Rade (le Parlement) dominé probablement par le "Bloc Ioulia Timochenko" mais  où le "Parti des Régions" pro-russes et soutenu par les milieux industriels restera très important.
 
Pour ajouter au casse-tête ukrainien, il faut ajouter que les 15 partis qui n'ont pas atteint les 3% nécessaires à l'entrée au Parlement verront leurs voix partagées entre les partis vainqueurs, avec une incertitude pour la formation du centriste Litvine (ancien Premier ministre) qui a dépassé le barrage des 3% et devrait négocier, dans un premier temps, avec Timochenko.
 
 
Pour aller plus loin : 
 
 

Ajouter un commentaire