Culture

Fernando Pessoa, écrivain lisboète

Par Geoffrey Lopes | 7 décembre 2012

Au début du XXe siècle, dans une Europe bouleversée par la guerre et au sein d’un Portugal bousculé par d’importants troubles politiques, un curieux et non moins talentueux écrivain cherche à relier toutes ces populations qui ne s’entendent plus, et ce à travers de drôles de phénomènes… 

Der Panther, de Rainer Maria Rilke

Par Camille Lépinay | 7 décembre 2012

Rainer Maria Rilke pourrait être vu comme un Européen avant l’heure : né dans l’Empire austro-hongrois en 1875, il grandit et étudie en Allemagne, vit au début du siècle à Paris et meurt en Suisse en 1921. Il a aussi voyagé et vécu en Russie, Italie, Espagne et Danemark. Auteur de nombreuses poésies en allemand, il est particulièrement connu pour ses Lettres à un jeune poète (1908). 

Un an après la mort d’Havel, les écrivains et la politique : Parcours d’un dissident-dramaturge

Par Alena Petrikovičová | 7 décembre 2012

 « Un élément tragique pour l'homme moderne, ce n'est pas qu'il ignore le sens de la vie, c'est que cela le dérange de moins en moins. » Tour à tour, Président, dissident, prisonnier, écrivain, dramaturge, anticommuniste, avocat des droits de l'homme et symbole de la résistance, Václav Havel, l'homme aux multiples facettes, est décédé il y a un an. 

Tony Judt. Le chalet de la mémoire et l'exigence européenne

Par Philippe Perchoc | 9 novembre 2012

Le Chalet de la mémoire est un petit livre curieux. Dernier ouvrage de Tony Judt, le grand historien britannique de l’Europe, il a été dicté depuis le fauteuil roulant, voire le lit, de ce dernier. Tony Judt a été frappé d’une maladie dégénérative quelques années avant sa mort précoce et ce livre vient faire le lien entre « le tolérant, le marginal, le limitrophe » comme il aimait à se définir.

Erasme : Nulli concedo

Par Jean-Baptiste Kastel | 7 septembre 2012

Humanisme, Thomas Moore, évangélisme politique, Charles Quint, Europe, Luther, mélangez tout cela et vous obtenez : Erasme. Désigné par le sobriquet de « Prince des Humanistes », il symbolise le savoir, l’ouverture, la transmission, le voyage. Avec Grundtvig, Comenius et consorts, il a été choisi par la Commission européenne pour désigner un programme de mobilité de l’Union européenne. Depuis 1987, plus de 340 000 étudiants français ont eu la possibilité d’aller étudier à l’étranger et ont pu suivre Erasme dans sa démarche.

Pages