Crise(s)

160 000 réfugiés à répartir dans l’UE : le défi de la Commission européenne

Par Louise Mottier | 7 janvier 2016

Depuis janvier 2015, ce sont plus de 500 000 hommes, femmes et enfants qui ont franchi les frontières de l’Union européenne, venant pour la plupart de Syrie, du Kosovo, d’Afghanistan. Pour pallier ces arrivées massives de réfugiés, le Président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker dévoilait successivement en mai et septembre dernier un plan global de répartition d’un total de 160 000 réfugiés sur l’ensemble des territoires des Etats-membres. Quelle mise en œuvre est attendue ?

Migrations et sécurité en Méditerranée : un point de vue italien

Par Tanguy Séné | 2 novembre 2015

La crise des migrations des derniers mois a une géographie particulière: elle se concentre en Méditerranée. Ce sont les Etats du Sud qui sont particulièrement exposés aux flux de réfugiés. Le 13 octobre 2015, Angelino Alfano, ministre de l’intérieur italien depuis 2013, exposait à la London School of Economics la stratégie italienne : sauvetage des migrants en mer (mais rapatriement des migrants ‘économiques’), partage des réfugiés entre Etats membres, répression des trafiquants d’êtres humains et lutte contre le terrorisme.

Comprendre le « front du refus » centre oriental face à la crise des réfugiés. Le cas polonais

Par Francis Masson | 2 novembre 2015

La crise des réfugiés qui secoue l'Europe connaît une nouvelle intensité depuis le moi d’août 2015, et l'expression « front du refus est-européen » s'est imposée dans le paysage médiatique au long du mois de septembre. Il est facile de s'insurger face à un tel « front ». Pourtant, les tendances à généraliser la position des pays qui le composent comme un rejet des étrangers imposent de s'interroger sur les raisons d'une telle posture. En effet, on ne peut se permettre de condamner le « front du refus » sans chercher à le comprendre.

Entretien : un réfugié palestinien en Europe

Par Daphné Girault | 2 novembre 2015

Nedal Ahmed est avocat. Il est Palestinien. En 2014, il a fui Gaza et est venu trouver refuge en France. Depuis fin 2014, il est en attente de la décision de l'OFPRA. Il a accepté un entretien avec Nouvelle Europe afin de débattre de la question des réfugiés en Europe en illustrant son point de vue par son expérience personnelle.

Les réfugiés et le système éducatif en France

Par Hélène Mangold | 2 novembre 2015

A situation désespérée, mesures exceptionnelles. La France prévoit d’accueillir 24000 réfugiés au cours des deux prochaines  années, conformément au plan de répartition élaboré par la Commission Européenne, et pour intégrer au mieux les enfants et jeunes migrants, ou « élèves allophones nouvellement arrivés » pour citer le Ministère de l’Education Nationale. Dans ce contexte, les écoles et universités –même la Sorbonne –ouvrent leurs portes.

L'Europe des camps

Par Gatien Du Bois | 7 avril 2015

Réfugiés, déplacés, migrants, ils sont nombreux à vouloir rejoindre l'Europe. Attirés par la promesse d'un avenir meilleur, ils ne voient parfois de cet eldorado rêvé que les camps et les centres pour étrangers où ils sont regroupés, avant de se voir reconduire aux frontières extérieures de l'Union européenne. Le manque de visibilité de ces camps contemporain ne signifie pas leur non-existence. Dès lors, que recouvre la réalité des camps d'étrangers en Europe et à sa lisière?

Contestation en Bosnie-Herzégovine: le début d'un printemps bosnien ou d'un printemps balkanique?

Par Jean-Baptiste Kastel | 12 février 2014

Lorsque nous évoquons « la poudrière des Balkans », nous imaginons que la région située au Sud-est de l’Europe est source de conflits. Nous pourrons désormais réutiliser ce terme pour désigner la grogne sociale qui gagne la région. Après la Grèce, la Bulgarie et la Roumanie c’est au tour de la Bosnie-Herzégovine de s’embraser. Depuis quelques jours, les mouvements de protestation s’étendent dans les Balkans ; Tuzla, Sarajevo, Pristina. Lieux où la population exprime son opposition et son exaspération envers les politiques qui gouvernent ces pays depuis de nombreuses années. Les germes d’un Printemps Balkanique?

En Bulgarie, une politique schizophrène

Par Ina Mihaylova | 2 octobre 2013

Six mois après sa démission, l’ex-premier ministre bulgare Boyko Borissov semble prêt à revenir sur les devants de la scène politique. Depuis plus de 90 jours, les Bulgares sortent dans la rue afin de manifester leur raz-de-bol face à la corruption, l’oligarchie et les structures mafieuses qui occupent une grande place dans l’espace politique, économique et médiatique du pays. La Bulgarie, tristement célèbre comme le pays le plus pauvre de l’Union européenne, en est désormais le pays le plus instable politiquement.  

Bosnie 1914 - Ukraine 2014 : la fin du XXI siècle

Par Philippe Perchoc | 15 avril 2014

"Je vous invite ici, à Kaunas, l'an prochain. J'espère, dans un pays libre". La montée des tensions est forte en Europe, comme le montre cette invitation, mi-amusée, du directeur du Centre d'études européennes de l'Université Technologique de Kaunas. 2014, ce n'est probablement pas la fin du XXe siècle, mais la fin du XXIe.

Pages