Quelle est la place des micro-États en Europe ?

Par Pascal Orcier | 16 mai 2010

Pour citer cet article : Pascal Orcier, “Quelle est la place des micro-États en Europe ?”, Nouvelle Europe [en ligne], Dimanche 16 mai 2010, http://www.nouvelle-europe.eu/node/856, consulté le 20 novembre 2018

En raison des relations privilégiées qu’ils entretiennent avec un ou plusieurs États voisins, tout en ne faisant pas partie de l’UE, les micro-États y sont intégrés de manière indirecte. Espaces interlopes, héritages des principautés médiévales, paradis fiscaux ou État pontifical, comment s’articule leur existence avec la nécessaire coopération avec les grands États qui les entourent ?

micro_etats.jpg  

Le Liechtenstein est lié à la Suisse par une union douanière, et partage avec elle l’utilisation du Franc suisse depuis 1919 (il était attaché précédemment à des accords similaires avec l’Autriche). C’est la France qui assure la défense, la représentation consulaire et diplomatique des principautés d’Andorre et de Monaco dans les États où ils n’en disposent pas, tandis que l’Italie assure celle de San Marino. Les micro-États sont étroitement associés à un État voisin via des conventions bilatérales, concernant par exemple le régime d’imposition, les dépôts bancaires. Ils se trouvent concernés par l’acquis communautaire, via ces conventions. 

Ainsi, San Marino, Monaco et le Vatican émettent leurs propres pièces d’euros, sans faire partie de l’union monétaire. Ils ne disposent pas de banque centrale, et ces pièces sont fabriquées dans des ateliers du pays voisin. Monaco a ainsi le droit d’émettre chaque année ses propres pièces à concurrence d'un volume annuel égal à 1/500e de la quantité de pièces frappées en France. Le nombre de pièces en euros frappées par Saint-Marin est limité à une valeur nominale maximale de 1 944 000 euros par an. Le Vatican dispose quant à lui d’une valeur nominale maximale de 670 000 euros par an. 

S’ils ne sont pas membres de jure, ils se trouvent de facto intégrés au vaste ensemble de libre circulation qui les entoure. Leurs frontières sont ouvertes, même si des contrôles aléatoires y sont effectués. Le Liechtenstein a prévu de ratifier la Convention de Schengen, tandis que le Vatican a fait part de son intention de rejoindre ce groupe de pays.

 

Pour aller plus loin 

Sur Nouvelle Europe

  • L'Europe hors-UE (à venir) 

Source carte : Pascal Orcier, pour Nouvelle Europe (avril 2010) ; Vatican City, par Xerones, sur flickr

Ajouter un commentaire