Linz et Vilnius : deux capitales culturelles en mutation

Par Liza Belozerova | 14 août 2009

Pour citer cet article : Liza Belozerova, “Linz et Vilnius : deux capitales culturelles en mutation”, Nouvelle Europe [en ligne], Vendredi 14 août 2009, http://www.nouvelle-europe.eu/node/690, consulté le 14 août 2022

vilnius_culture.jpgarticle.pngAprès Liverpool et Stavanger, Linz et Vilnius ont pris le relais des capitales européennes de la culture pour l'année 2009. Une ville provinciale autrichienne et la capitale lituanienne sont aujourd'hui à mi-parcours dans les manifestations culturelles. Un coup de projecteur sur le déroulement des événements dans ces deux villes liées par une sombre histoire européenne.

vilnius_culture.jpgarticle.pngAprès Liverpool et Stavanger, Linz et Vilnius ont pris le relais des capitales européennes de la culture pour l'année 2009. Une ville provinciale autrichienne et la capitale lituanienne sont aujourd'hui à mi-parcours dans les manifestations culturelles. Un coup de projecteur sur le déroulement des événements dans ces deux villes liées par une sombre histoire européenne.

C'était sur le petit balcon devant le Rathaus à Linz qu'Adolf Hitler a proclamé le Reich allemand après l'Anschluss de l'Autriche le 12 mai 1938.  C'était Vilnius, la ville nommée « la Jérusalem de Lituanie » avec la plus grande et la plus influente communauté juive en Europe, qui a été presque entièrement éliminée après l'Holocauste. Cette année, ces deux villes, la première celle du bourreau et la seconde celle des victimes, qui portent simultanément le titre de capitales européennes de la culture.

Les histoires européennes se croisent, se redécouvrent, se réinventent. Cette année, les capitales européennes de la culture sont particulièrement marquées par un passé complexe. Non seulement Linz est la ville de jeunesse d'Hitler, et Vilnius est le centre de la culture juive de l'Europe de l'Est, mais aussi c'est la première fois depuis la création des capitales européennes de la culture en 1985, qu'une ville de l'ex-URSS obtient ce titre. 

L'année 2009 est visiblement l'année des grandes dates : 70 ans du pacte Molotov-Ribbentrop,  20 ans de la chute du Mur de Berlin. Les Européens ont également cette année des capitales de la culture qui ressuscitent l'histoire européenne douloureuse pour que les citoyens européens puissent la prendre à bras le corps et en finir une fois pour toutes avec les tabous, les non-dits et le manque de communication. Mais porter le titre d'une capitale européenne de la culture c'est aussi l'occasion de voir la progression historique, de digérer le passé par le biais culturel et surtout de regarder vers l'avenir. La grue était un symbole de Linz et de Vilnius ces dernières années. Maintenant elles s'ouvrent au grand public avec leur nouveau visage et les nouvelles possibilités urbaines et culturelles.  

Vilnius 

Les gens originaires des pays Baltes savent qu'entre Tallinn, Vilnius et Riga, Vilnius est la capitale balte la plus connue en Europe dont la localisation n'est jamais floue contrairement aux deux autres. Cette ville a été la terre d'origine ou la terre de passage pour plusieurs hommes de culture européenne comme, pour n'en nommer que quelques uns, Jascha Heifetz, un des plus célèbres violonistes du XXe siècle, les peintres Mark Chagall et Chaïm Soutine ou le peintre et compositeur Mikalojus Konstantinas Čiurlionis.

Cette ville qui a marqué l'œuvre des différents artistes du vingtième siècle, propose quatre grands programmes pour cette année culturelle : Programme européen des arts, Programme de (re)connaissance des cultures, Programme d'histoire vivante et Programme des gens. Chaque programme comprend plusieurs manifestations culturelles.

Le Programme d'histoire vivante tourne autour du passé revisité et de la modernité numérique. « 24 heures dans l'URSS » est une attraction touristique mise en oeuvre par une troupe de théâtre lituanienne qui propose de se plonger dans la réalité d'un prisonnier du KGB dans un bunker soviétique. Ouverte depuis un peu plus d'un an, cette attraction est maintenant connue dans le monde entier. Après «Gruto Parkas », c'est le deuxième projet des Lituaniens pour exorciser les fantômes soviétiques et pour faire découvrir aux étrangers et aux jeunes générations la réalité de la peur pendant le régime soviétique.

« Vilnius Virtuel Historique » est la ville en format numérique qui retrace l'héritage historique de la ville et permet de préparer son plan de visite numérique avant de se rendre sur place.

Le Programme de (re)connaissance des  cultures rend honneur aux différentes populations originaires de Vilnius : des Vilniukai, des Polonais et des Litvaks, les Juifs. L'héritage de la culture juive de l'Europe de l'Est est particulièrement à l'honneur pendant cette année culturelle de Vilnius avec des conférences, un festival de la musique Klezmer et des commémorations organisées en souvenir des victimes de l'Holocauste.

Cette année, la Lituanie fête également le millénaire de la première mention de la Lituanie. À cette occasion, l'Opéra National de la Lituanie propose de découvrir l'opéra d'A. Ponchielli "I Lituani" dans la mise en scène de Jonas Jurašas représenté dans le fameux château de Trakai.

Linz

Loin d'être une destination culturelle d'Europe, Linz était une des villes fétiches d'Adolf Hitler et une ville industrielle de son Reich. Un cadre peu glorieux pour une capitale européenne de la culture que les Linzois aménagent avec beaucoup d'audace et d'extravagance.

L'année de la capitale de la culture s'est ouverte à Linz avec l'exposition « La capitale culturelle du Führer » au château de Linz. Linz était la ville où Adolf Hitler a passé sa jeunesse, et après il rêvait d'en faire la capitale culturelle de son Reich. Parmi toutes ses ambitions grandioses, il n'a pu en réaliser qu'une seule : construire le pont sur la Danube nommé le pont Nibelungen. L'exposition a fait découvrir les fantasmes d'Adolf Hitler par rapport à Linz comme une capitale de son Reich et son projet « Le musée du Führer ».

L'exposition s'est terminée en mars, mais le projet « In situ » continue de rappeler aux visiteurs de Linz les atrocités du régime hitlérien grâce aux pancartes qui indiquent où elles ont eu lieu.

Mais l'Europe ne peut pas rester focalisée sur son passé. Linz, une ville industrielle, n'a jamais été un espace de culture florissant, le titre de capitale de la culture donne une possibilité à Linz de construire son identité culturelle. La ville a choisi de jouer la carte de la modernité avec un budget de 68 millions d'euros et 220 manifestations prévues.

À la fin du mois de mai, les Linzois et des touristes ont pu participer à la découverte de l'espace urbain avec le centre d'art contemporain « OK ». Une organisation astucieuse des routes a fait passer les gens à travers des centres commerciaux, des anciennes usines, des hangars pour découvrir la ville et l'art. Ce projet « Art in the City » a voulu intégrer l'art dans la ville urbaine et dans le quotidien.

Tout au long de l'année, l'espace urbain de Linz est également aménagé par des troupes de théâtre et de cirque pour pouvoir porter un autre regard sur cette ville méconnue d'Autriche.

Le festival d'art vidéo au centre Ars Electronica se déroulera au début de septembre. Ars Electornica ouvre son musée du futur, où les visiteurs auront l'occasion de voir une image nouvelle de l'homme et faire un tour du monde virtuel.

Et enfin, l'hébergement n'est pas conventionnel à Linz. Pour combler le manque d'hôtels, les organisateurs ont prévu que la ville elle-même héberge les touristes. Des petites maisons situées des jardins et des parcs, des bateaux sur le Danube, des foyers de travailleurs seront les points d'accueil des visiteurs pour leur faire sentir de plus près le battement du cœur de la ville de Linz. 

La grande narration européenne

Deux projets communs entre Linz et Vilnius sont prévus cette année. « Vilnius lit Linz » et « Linz lit Vilnius » pour que chaque ville puisse  découvrir la littérature contemporaine de son homologue culturel de l'année. Ainsi que « La musique de l'eau de la capitale » qui prévoit des concerts musicaux dans les deux capitales européennes de la culture.

L'Europe est le reflet d'une multitude de narrations : des histoires individuelles, des histoires de villes, des histoires de maisons et de ponts... Comment rassembler toute cette diversité ? Cette année, le projet des capitales européennes de la culture montre comment il est possible de relier deux villes européennes qui n'ont pas de passé commun évident mais qui toutes les deux sont en train de revivre un passé difficile, aménager l'espace urbain et reconstruire leur image au sein de l'Europe qui se réinvente constamment.

 

Pour aller plus loin :

site20x20.png
Sur Nouvelle Europe 
site10x10.png
Capitales européennes de la culture 2008: Liverpool et Stavenger 
site10x10.png
Voix croisées pour Chaim Soutine
site10x10.png
Les capitales européennes de la culture
   
site20x20.png
Sur Internet
site10x10.png
Les sites officiels de Linz et de Vilnius
site10x10.png
Plus d'information sur le Soviet Bunker en Lituanie 
site10x10.png
Plus d'information sur Ars Electronica