Dalia Grybauskaite : la Commissaire lituanienne, une nouvelle dame de fer ?

Par L'équipe | 12 mars 2009

Pour citer cet article : L'équipe, “Dalia Grybauskaite : la Commissaire lituanienne, une nouvelle dame de fer ?”, Nouvelle Europe [en ligne], Jeudi 12 mars 2009, http://www.nouvelle-europe.eu/node/616, consulté le 07 août 2020
grybauskaite.jpgpepiniere-145.pngDalia Grybauskaite, Commissaire européenne au budget et à la programmation financière, envisage de se présenter aux élections présidentielles en Lituanie au mois de mai. Ceinture noire de judo, surnommée "la Dame de fer", elle est en tête dans les sondages avant l’élection. Son parcours est-il symptomatique d’une nouvelle génération de décideurs lituaniens ?
grybauskaite.jpgpepiniere-145.pngDalia Grybauskaite, Commissaire européenne au budget et à la programmation financière, envisage de se présenter aux élections présidentielles en Lituanie au mois de mai. Ceinture noire de judo, surnommée "la Dame de fer", elle est en tête dans les sondages avant l’élection. Son parcours est-il symptomatique d’une nouvelle génération de décideurs lituaniens ?
 
 
 
Une jeunesse communiste
Actuellement en charge du budget communautaire, rien ne prédestinait cette économiste formée dans le système socialiste à prendre les rênes d’un tel poste dans une organisation européenne située de l’autre côté du Mur. Pur produit du système soviétique, Dalia Grybauskaite a obtenu un diplôme d'économie politique dans l’Université de Zdanov à Leningrad (aujourd'hui Saint-Pétersbourg) en 1983 puis son doctorat à l'Académie des Sciences (à Moscou). Après avoir passée plusieurs années en Russie, Dalia Grybauskaite est rentrée au pays en 1983 et, compte-tenu de son excellente formation, elle a été immédiatement nommée secrétaire de l'Académie des Sciences. En même temps, elle a enseigné l'économie au Collège communiste de Vilnius entre 1983 et 1990.

Premiers pas politiques

Après la chute du système communiste et la proclamation de l’indépendance de la Lituanie, Dalia Grybauskaite occupe des postes assez importants au niveau national. Ainsi, elle est souvent en charge des délégations de négociations avec l’Union européenne. Entre 1990 et 1991, elle a été secrétaire aux sciences à l'Institut d'Économie, chef de département au Ministère des Relations économiques internationales et des Affaires étrangères.

À partir de 1995, elle occupe successivement des postes de première importance pour le compte de la Lituanie, comme ambassadrice auprès de l’Union européenne, puis comme Ministre plénipotentiaire à Washington. Évoquant la première expérience, elle soulignera que ce fut la plus intéressante, « un challenge de tous les jours ». Elle attrapa le virus de l’Europe.

Après une dizaine d’années d’activités internationales, Dalia Grybauskaite rentre à Vilnius pour devenir adjointe du Ministre des finances pour les affaires internationales (Banque mondiale/ FMI) en 1999 et reste dans ce poste pendant deux ans. Un ses postes les plus importants était celui de directrice du Ministère des Finances de la République de la Lituanie à partir de 2001 (lorsque le socio-démocrate Algirdas Brazauskas était Premier ministre) jusqu’au 2004.

À travers ses différentes fonctions en Lituanie comme à l’étranger, l’actuelle commissaire lituanienne s’est toujours détachée du paysage politique traditionnel par son indépendance. Jamais encartée dans un des très nombreux partis politiques de son pays, elle a toujours été choisie comme une caution d'indépendance et un gage de crédibilité par les politiques lituaniens vis-à-vis des électeurs mais aussi des partenaires européens et américains qu’il convenait de convaincre dans les années 1990 et 2000.

Commissaire européenne

Début 2004, avant l’adhésion de la Lituanie à l’UE, Dalia Grybauskaite fut désignée comme candidate lituanienne pour le poste de Commissaire. Avant d’être nommée au budget, Dalia Grybauskaite déclara son ambition de ne pas être cantonnée à un poste mineur. "Je veux être en face des problèmes. Je viens à l’exécutif européen pour travailler, pas pour prendre des vacances. C’est pour ça je préfère les domaines problématiques", - déclara-t-elle lors d’un entretien. Son engagement et ses activités ne restèrent pas inaperçues, si bien qu’elle fut élue commissaire de l’année dès 2004, pour ses efforts persistants à concentrer les dépenses de l’UE vers les secteurs qui augmenteraient la compétitivité.

Parcours européen : la clef du succès ?

La Commissaire européenne a décidé aujourd’hui, après de nombreuses hésitations, de se présenter aux élections présidentielles dans son pays. C’est la première candidate dans l’histoire de la Lituanie indépendante à recueillir par avance un si grand soutien des électeurs.

Selon le directeur de l’Institut de sondage Vladas Gaidys, si les tendances restent les mêmes, elle pourrait même être élue dès le premier tour, ce qui n’est encore jamais arrivé en Lituanie. Bien qu’elle s’en soit plusieurs fois défendue depuis Bruxelles, il faut dire qu’elle caracolait en tête des sondages depuis 2008. En ce qui concerne le soutien des électeurs, il faut mentionner une initiative de citoyens, qui ont créé un site Internet de soutien à la candidature de la commissaire, sans lui avoir demandé son avis. Dans ce site, créé avant que sa décision de participer aux élections soit annoncée, les électeurs pouvaient signer la déclaration qui encourage Dalia Grybauskaite à le faire. Quelles peuvent-elles être les raisons de telle popularité ?

Tout d’abord, la bonne performance de D. Grybauskaite au sein de la Commission européenne a été bien perçue dans la société lituanienne. De plus, son crédit a continué à augmenter en 2007-2008 lorsqu’elle n’a pas hésité à critiquer le gouvernement précédent, mené par G. Kirkilas, le leader actuel du parti social-démocrate.

Une seconde vague de sympathie s’est levée avec la crise économique. Dans ce contexte, les compétences économiques de la Commissaire et son fort caractère ont été vus comme des atouts pour sortir de la tempête. Certains politologues lituaniens n’hésitent pas à dire que D. Grybauskaite incarne assez bien la figure du messie, de sauveur, qui va venir de loin pour se battre contre les politiciens corrompus et qui va mener la Lituanie à de meilleurs lendemains avec le slogan - "la Lituanie des citoyens".

Dalia Grybauskaite a laissé planer un doute sur sa décision. De plus, six mois avant la date des élections, il n’y avait aucun politicien qui se déclarait comme future candidat. On peut distinguer quelques raisons qui ont influencé ça. Tout d’abord, il y a eu lieu les élections parlementaires très récemment qui ont amené au gouvernement la coalition de centre-droit. Les principaux partis en face de la crise économique devaient vite prendre les décisions et s’occupaient plus à ces questions. Le deuxième raison était du fait que le Président n’a pas exprimé de soutien à aucun candidat, ce qui était presque toujours le cas avant. Certains distinguent une troisième raison – tout le monde attendait la décision de D. Grybauskaite.

Décision

Dalia Grybauskaite a dit ‘oui’ pour les élections présidentielles de la Lituanie seulement très récemment (le 26 février 2009). Pendant la conférence de presse, Dalia Grybauskaite a expliqué que sa décision était influencée par la situation économique mondiale, les perspectives dans les deux prochaines années pour la Lituanie en crise économique et les manifestations violentes de 16 janvier à Vilnius. « J’ai déjà pris ma décision et je suis prête à revenir en Lituanie si les gens décident qu’ils ont besoin de moi », a-t-elle souligné pendant la même conférence de presse. Au début de mois de mars, elle a présenté son équipe de campagne. En charge de cette équipe, on trouve le juriste Vitas Vasiliauskas, qui était le collège de Dalia Grybauskaite dans le Ministère de finances. Pour officialiser sa candidature, et peut-être s’installer au palais présidentiel, elle devra rassembler d’ici avril 20.000 signatures.

 
 
 
 
Pour aller plus loin :
 
 
 
site20x20.png
Sur Internet
site10x10.png
Sa page de Commissaire européenne
site10x10.png
Son portrait sur le Cercle des Européens
 
 
 

Ajouter un commentaire