Cartographie : nouvelles frontières en Europe depuis 1991

Par admin | 9 novembre 2007

Pour citer cet article : admin, “Cartographie : nouvelles frontières en Europe depuis 1991”, Nouvelle Europe [en ligne], Vendredi 9 novembre 2007, http://www.nouvelle-europe.eu/node/310, consulté le 25 janvier 2020

frontieres_1991_x130.jpgDepuis 1991, le nombre de frontières en Europe s'est considérablement accru. Où sont ces nouvelles frontières ? Sous quelle pression sont-elles apparues ? Coup d'oeil cartographique.

Depuis 1991, le nombre de frontières en Europe s'est considérablement accru. Où sont ces nouvelles frontières ? Sous quelle pression sont-elles apparues ? Coup d'oeil cartographique.

 

carte_frontieres1_jpg

On distingue donc quatre groupes principaux de nouvelles frontières ou de frontières non-reconnues par la communauté internationale :

 

  • les frontières issues de la dislocation de l'URSS (1991-1992). Certaines de ces frontières recoupent en grande partie des frontières antérieures à la Seconde Guerre mondiale, comme c'est le cas dans les pays baltes avec des modifications mineures. Les frontières non baltes issues de la chute de l'URSS sont en grande partie nouvelles : frontières internes des républiques créées au sein de l'URSS après la Seconde Guerre mondiale, elles n'avaient pas eu d'existence avant 1991 en dehors de l'empire soviétique.
  • les frontières issues de la dislocation yougoslave (1991-2006). Ces frontières sont celles, parfois retouchées par la guerre, des délimitations des sujets de l'ancienne fédération yougoslave. Certaines ont été confirmées relativement vite sans conflit majeur, comme la frontière croato-slovène (qui connaît encore des incertitude en Adriatique), d'autres ont été l'objet de guerres longues et sanglantes, comme la République de Bosnie-Herzégovine qui est elle-même encore divisée en deux entités. L'une de ces frontières est apparue sans heurt à la suite d'un référundum en 2006, celle du Monténégro devenu indépendant.
  • Autre frontière apparue pacifiquement est celle séparant la Slovaquie de la République tchèque en 1993.
  • Le dernier groupe de frontières est constitué par des frontières de fait, indéterminées au plan du droit international car reconnues par un seul Etat (comme Chypre-Nord depuis 1974, frontière supervisée par les Casques bleus), faisant l'objet d'une administration internationale sans indépendance déclarée (Kosovo depuis 1999) ou d'un séparatisme appuyé par une puissance extérieure (la Transnistrie en Moldavie dont le séparatisme est appuyé par Moscou). 

Ainsi, l'Europe centrale et orientale après 1991 a été traversée par deux mouvements centrifuges différents, l'un pacifique voyant naître (ou renaître) des Etats issus de l'URSS mais laissant l'héritage complexe de la Transnistrie, l'autre conflictuel conduisant aux guerres de la dislocation yougoslave. 

La fin de la Guerre Froide a permis, de plus, aux Tchèques et aux Slovaques de se séparer sans conflit ouvert alors qu'il n'a pas permis de régler la question chypriote, qui n'était pas directement liée au conflit Est-Ouest. 

 

Pour aller plus loin

Sur Nouvelle Europe

À lire

  • L'obsession des frontières, par Michel Foucher, Ed. Perrin, 2007, 249 p.

 

Ajouter un commentaire