Londres pour un Président à forte personnalité

Par Eurechos | 12 février 2010

Pour citer cet article : Eurechos, “Londres pour un Président à forte personnalité”, Nouvelle Europe [en ligne], Vendredi 12 février 2010, http://www.nouvelle-europe.eu/node/800, consulté le 06 décembre 2022

Lors d'un entretien téléphonique réalisé ce matin, la représentante britannique a insisté sur son programme en restant discrète sur un éventuel nom.

uk_european_union.jpg

Lors d’un entretien téléphonique réalisé ce matin avec Victoria Volossov pour évoquer la candidature du Royaume-Uni au poste de président du Conseil européen, la représentante de la délégation britannique a insisté sur le programme de son pays, en restant discrète sur un éventuel nom.

Quels sont vos points forts par rapport à la candidature du Luxembourg ?

Nous sommes un partenaire privilégié sur la scène internationale car nous sommes expérimentés et reconnus. En cas de crise, nous avons à nos dispositions des services compétents et des personnels expérimentés.  Concernant le gaz plus précisément nous sommes indépendants énergétiquement, ce qui nous permet d'écouter toutes les propositions et de négocier avec chacun de manière impartiale. 

Quels sont vos alliés ?

Nous sommes ouverts au soutien de tous les Etats membres. Nous sommes en contact avec quelques délégations, mais nous ne souhaitons pas en parler pour l'instant.  

Le candidat pourrait-il être une femme ?

Le Royaume-Uni s'est toujours présenté en faveur de l'égalité homme/femme.

Le Royaume-Uni n'est-il pas désavantagé par l'euro-scepticisme de sa population ? 

L'euro-scepticisme de l'Angleterre est une perception de l'opinion publique. Nous ne faisons pas partie de la zone euro, mais nous appliquons chaque décision européenne.  Dans les statistiques de la Cour de Justice des Communautés européennes (CJCE), la France et l'Italie sont les Etats les plus condamnés. Le Royaume-Uni l'est rarement. Nous sommes peut-être dur en négociation, mais une fois que l’on donne notre accord, nous exécutons toujours les décisions de l'UE. Nous sommes honnêtes et nous le revendiquons : nous exprimons notre point de vue et nous écoutons.

Quelle vision de l'Europe défendez-vous ?

Nous sommes partisans d'une forte présence européenne sur la scène internationale, c'est pourquoi nous défendons l'idée d'une présidence à forte personnalité. Dans le même temps le Président devra être impartial, effacer la position nationale du pays dont il est originaire, devant la position commune européenne.  Si nous sommes élus, nous serons heureux d'accueillir les différents Etats membres et les différents point de vue, notamment sur la question du gaz. Par ailleurs, le combat contre le changement climatique reste une de nos priorités.

Quel projet souhaiteriez-vous voir aboutir lors des négociations du 6 mars sur le gaz ?

Si nous sommes élus nous souhaitons discuter avec les différentes délégations et encourager la création d'un réseau pour la mise en commun des positions et des informations de chacun. Tout cela dans le but de défendre une position commune sur la scène internationale. Nous organiserons une conférence de presse à la fin des négociations samedi en cas d'élection.