Les Rroms : un peuple européen aux racines indiennes

Par Pauline Joris | 1 janvier 2007

Pour citer cet article : Pauline Joris, “Les Rroms : un peuple européen aux racines indiennes”, Nouvelle Europe [en ligne], Lundi 1 janvier 2007, http://www.nouvelle-europe.eu/node/81, consulté le 08 août 2022

jpegLes Rroms sont un peuple européen originaire du nord de l’Inde, que leurs ancêtres ont quitté il y a environ 1000 ans. Ils se sont petit à petit éparpillés et établis en Asie Mineure, dans les Balkans, les Carpates, en Russie, en Europe orientale, centrale, puis occidentale, avant de traverser l’océan atlantique pour les Etats-Unis ou le Brésil.

Aperçu historique, géographique et social

Bien que les Rroms fassent partie de l’histoire européenne depuis environ 10 siècles, ils ont été réduits en esclavage, pourchassés, interdits de séjour… et ont souvent pris la route pour fuir plutôt que par réelle volonté d’une vie nomade. Ils ont alors développé des activités de spectacle et d’artisanat en premier lieu. Dans l’ensemble de leurs destinations européennes, ils ont subi mesures discriminatoires, racisme et rejet dont le point culminant fût l’Holocauste (Samudaripen en rromani) avec l’extermination d’environ 500 000 Rroms, fait relativement peu présent dans les esprits européens.

Aujourd’hui, les Rroms continuent à être souvent considérés comme étrangers, parfois jusque dans leur ville natale, à habiter des campements ou des quartiers isolés (tel le ghetto de Stolipinovo qui regroupe 40 000 personnes à Plovdiv en Bulgarie) ou à être chassés de leur village (telle une famille chassée de son village d’Ambrus, en Slovénie, en novembre 2006).
De même, ils disposent d’un plus faible accès aux soins, à l’éducation et à l’emploi. Des taux de chômage flirtant avec les 80 ou 90 % sont fréquents, dus à une formation souvent de faible niveau, à une inadéquation entre certains métiers traditionnels et le monde moderne et à une importante discrimination à l’embauche.
Néanmoins, de réels progrès sont à noter en termes d’éducation : si de nombreux enfants rroms restent scolarisés dans des classes spécialisées, on observe de plus en plus de mixité, malgré une réticence de parents d’enfants non-rroms. Parmi les exemples concrets, citons la Roumanie où les cours de langue et civilisation rroms ont été généralisés, et où l’on a vu l’introduction d’une « discrimination positive » qui octroie des places d’université aux Rroms.

Les deux derniers élargissements de l’Union européenne ont placé les Rroms sur le devant de la scène européenne, la majorité des 10 à 12 millions de Rroms européens (estimations) vivant en Europe centrale et orientale. Les pays européens avec les plus fortes populations Rroms sont la Roumanie (avec une communauté estimée à 2 millions), la Bulgarie, la Hongrie, l’Espagne, la Slovaquie et la Serbie ; tous ces pays ont une communauté rrom supérieure à 500 000 personnes. La France en compte entre 300 000 et 500 000 selon les estimations.
Il faut également savoir que l’on trouve des Rroms dans tous les pays européens et qu’ils sont aujourd’hui sédentaires à plus de 95 %, contrairement à une image communément admise, qui ferait de tous les Rroms des gens du voyage, et vice-versa.
De plus, il est intéressant de noter, que les Rroms, peuple sans territoire, n’en ont jamais revendiqué.

Peuple européen, les Rroms sont cependant très largement absents de la sphère politique européenne. On compte deux députés européens d’origine Rrom au Parlement européen, deux femmes hongroises : Viktoria Mohacsi du groupe ALDE, ainsi que Livia Jaroka du groupe PPE-DE. Elles y avaient été précédées par le député espagnol Juan de Dios Ramirez Heredia.

 
 
Rroms, Tziganes, Manouches…

Le terme Rrom, qui signifie chef de famille, est un terme générique, sous lequel les Rroms ont demandé à être désignés, depuis le 8 avril 1971, date du premier congrès international, au cours duquel ils se sont également choisi un drapeau et un hymne.

Le terme Rrom regroupe en Europe les catégories ou divisions de populations suivantes :
- les Kalderashs : ce sont les Rroms d’Europe centrale, orientale et des Balkans, ce groupe est le plus important quantitativement

- les Gitans ou Kalés : principalement dans le sud de la France, en Espagne et au Portugal
- les Manouches ou Sintis : principalement dans le nord et l’est de la France et en Allemagne
- les Romanichels ou Gypsies britanniques
 
A ces catégories, il convient d’en ajouter deux, qui ne sont pas d’origine ethnique Rroms mais ont de nombreuses caractéristiques communes dans leur existence et les problèmes auxquels ils font face :
- les Irish travellers : présents en Irlande, au Royaume-Uni (ainsi qu’aux Etats-Unis)
- les Yéniches : présents majoritairement en Allemagne, Suisse et Autriche

Le terme « Gitan » est dérivé du mot « Egyptien », qui a également donné l’anglais « Gypsy ».

Le terme « Tsigane » est quant à lui dérivé du grec « Atsinganos », qui est le nom d’une ancienne secte disparue. Il a connu des dérivés dans toutes les langues, ne désigne pas de groupe Rrom spécifique, mais a une connotation plutôt péjorative.

Enfin, le terme « Bohémiens » a pour origine les groupes de Rroms qui se trouvaient sous la protection du roi de Bohême pour qui ils avaient exercé en tant que musiciens et artistes.

 
 
Langue, religion, culture

Les Rroms possèdent leur propre langue : le rromani. Cette langue est une langue indo-aryenne. Dans les différentes zones d’établissement des Rroms, elle s’est enrichie et métissée pour former des langues comme le rromano-grec ou le kalo (rromano-espagnol).

Les Rroms ne possèdent pas de religion propre. Ils peuvent être musulmans, catholiques, protestants ou orthodoxes. Les Rroms ont eu en général tendance à adopter la religion dominante de la terre où ils se trouvaient. Cela est néanmoins contredit depuis quelques dizaines d’années, en France, en Espagne et dans d’autres pays majoritairement catholiques, où de plus en plus de Rroms rejoignent des mouvements protestants évangéliques.

La langue rromani, une culture et une tradition orales, la musique et la danse, des rassemblements ou pèlerinages (comme celui des Saintes-Maries-de-la-Mer en France, en hommage à Sainte Sarah, le 25 mai), une importance très forte de la famille, le respect d’une certaine notion de pureté : voici autant de points qui forgent l’identité rrom, que beaucoup ont pu découvrir dans des films comme Chat noir, chat blanc d’Emir Kusturica ou Gadjo Dilo de Tony Gatlif.

Sachez enfin que le 8 avril est la journée mondiale des Rroms.

 
 
----------------------------------
 
Pour aller plus loin :
 
- La page « Rroms » de Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Rroms
 
- Le rapport de M. Alberto Gil Robles, commissaire aux Droits de l’Homme, sur la situation en matière de Droits de l’Homme des Roms, Sintis et gens du voyage en Europe, Conseil de l’Europe, février 2006.