Rigueur et pauvreté en Europe

Par Anaïs Delbarre | 2 mai 2012

  

L’Europe se rêve un ensemble socialement et économiquement homogène mais les inégalités dues à la crise financière, économique et sociale tirent de plus en plus la carte européenne vers l’hétérogénéité. 

Les politiques de rigueur, dont les résultats en termes sociaux sont encore controversés, fleurissent en Europe. Or concilier rigueur, emploi et pouvoir d’achat est une tâche ardue dont les gouvernements européens (dont les têtes tombent à tour de bras) s’évertuent à démontrer la pertinence. Le mot « rigueur » plaît à certains, persuadés qu’avec un « serrage de ceinture » les déficits pâliront, honteux d’avoir osé perturber la stabilité environnante. Cependant, on se rend compte dans la crise que rigueur rime avec pauvreté pour les plus fragiles et les plus démunis. Ceux qui, comme les jeunes, les femmes ou les seniors, peinent à (re)trouver un emploi.

Il s’agit alors de s’interroger sur ces inégalités, sur leurs causes et sur les réactions populaires qui en résultent. « Les moments de crise produisent un redoublement de vie chez les hommes » écrivait Chateaubriand dans ses Mémoires d’outre-tombe. A l’heure où les jeunes européens réclament un avenir qu’ils ont le sentiment de s’être fait « voler » et où les minijobs ou emplois précaires semblent devenus la norme, on descend dans la rue. Le Mouvement des Indignés, qui a pris racine en Espagne avant de s’exporter au-delà de ses frontières, suit la logique de ce mécontentement populaire. En Allemagne, qu’on qualifie de « modèle européen », l’économie se porte bien et ce n’est pas une question de chômage : pourtant, une grande partie de la population, et surtout les jeunes, navigue d’emplois précaires sous-payés en emplois à temps partiel. La réponse des Etats est-elle adaptée à ces changements qualitatifs ? On pense à la stigmatisation de la Grèce, en déficit chronique, ou à celle de l’Espagne. On pense au pacte budgétaire et à la « règle d’or », remède franco-germanique aux maux de l’Europe. Ce dossier du mois de mai illustre à la fois les conséquences sociales de la crise économique et les conséquences sociales de la rigueur des gouvernements. Il fait un arrêt sur image : qui sont ceux, sur fond noir de crise, qui élèvent la voix ? 

Ce mois-ci dans notre dossier 

Et pour mieux visualiser l'exposition à la pauvreté en Europe, une carte réalisée par Pascal Orcier:

Source photo :  © cartographie de Pascal Orcier

Ajouter un commentaire

HTML filtré

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.