Littérature(s) européenne(s) et voyages littéraires

Par Anaïs Delbarre | 7 décembre 2012

  

"La littérature, plus que n'importe quelle autre science humaine, nous conduit vers les autres, nous fait accéder [...] à l'universalité", est-il écrit dans Le Manifeste pour l'enseignement des littératures européennes, voté en 2008 au Conseil de l'Europe, véritable recommandation à élargir le champ des littératures nationales et lancé à l'attention des 47 Etats qui forment notre continent européen. "L'Europe des Lettres" est éveillée depuis le Moyen-Age, poursuivant son ascension formidable jusqu'à maintenant, traversant le Siècle des Lumières, nous rendant héritiers d'une culture littéraire commune. Les "classiques", comme nous les appelons, ceux de Dante, de Goethe, de Shakespeare, de Balzac ou encore de Zweig fleurissent dans notre bibliothèque européenne des chefs-d'œuvre. Nous les connaissons, nous les avons lus, nous les avons souvent aimés, nous nous sommes identifiés à leurs personnages et nous avons, inconsciemment et à travers eux, goûté à cette fameuse culture littéraire européenne. 

La littérature assure la transmission des idées en Europe, notamment par la traduction, et permet un dialogue culturel permanent entre les différents peuples d'Europe. Elle nous transmet les héritages historiques et culturels, parfois dramatiques, des Etats qui nous composent. Elle possède, en quelque sorte, un devoir d'information, mettant en lumière ces différences culturelles qui s'observent dans la vie quotidienne de chaque  citoyen européen. A travers cette notion de littérature commune européenne, il s'agit d'élargir notre champ littéraire national pour découvrir les récits de voyages d'autres écrivains que les nôtres et partir à la rencontre de l'histoire tumultueuse des pays voisins. Le Manifeste de 2008 évoque cette "communauté" européenne, en appelant la littérature à "éveiller la conscience d'une communauté" en Europe.  

Nous connaissons bien les littératures romanes, anglo-saxonnes et germaniques, mais qu'en est-il des littératures "oubliées" d'Europe, dont on peut dire sans froncer les sourcils qu'elles restent peu traduites en Europe occidentale?  A l'inverse de la musique européenne qui déborde des frontières, y aurait-il des barrières linguistiques trop profondes qui entraveraient une expansion de la littérature européenne ? 

Ce dossier de décembre présente des romanciers et poètes de toute l'Europe, de Zweig à Marai, deux contemporains au destin tragique, en passant par Havel, héros et dramaturge tchèque, ou encore par Fernando Pessoa, célèbre écrivain portugais, à des auteurs plus récents, tels que Laurent Binet et son fascinant HHhH. Revenons un peu en arrière, au XIXème siècle, où les écrivains français partaient en voyage au bout de l'Europe, dans l'exotique Turquie, pour y découvrir les saveurs de la grande Istanbul. Puisque la littérature est aussi parole, raconter des histoires européennes fait donc également partie de cette identité culturelle commune: des séquences poétiques sonores sont à découvrir. 

Ce mois-ci dans notre dossier 

Source photo : Livre ouvert, sur Wikimedia Commons

Ajouter un commentaire

HTML filtré

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.