Alexander Milinkievitch : Voix de l'opposition de la Biélorussie

Par Pauline Joris | 26 octobre 2006

Pour citer cet article : Pauline Joris, “Alexander Milinkievitch : Voix de l'opposition de la Biélorussie”, Nouvelle Europe [en ligne], Jeudi 26 octobre 2006, http://www.nouvelle-europe.eu/node/27, consulté le 26 octobre 2020

milinkievichPortrait d'Alexander Milinkievitch, le leader de l'opposition démocratique en Biélorussie. Candidat en mars 2006 face au président biélorusse Loukachenko, Alexander Milinkievitch a remporté le prix Sakharov 2006 pour la liberté de l'esprit décerné par le Parlement européen.

Il y a un an, un certain espoir naissait autour de cet homme. Alexander Milinkievitch était choisi par une coalition hétéroclite pour être le candidat unique de l'opposition démocratique, le parti des « Forces démocrates unifiées », face à Alexander Loukachenko, président de la Biélorussie depuis 1994.

En effet, ce dernier a fait voter en octobre 2004 une modification de la constitution bélarusse l'autorisant à se présenter une troisième fois à la présidence de la République. Après une approbation massive - mais considérée comme "frauduleuse" par l'Union européenne - de la réforme lors d'un référendum, A. Loukachenko pouvait, en respectant les apparences, se présenter et continuer à diriger d'une main de fer ce pays de près de 10 millions d'habitants.

C'est ainsi que le 19 mars 2006 eu lieu l'élection présidentielle. A nouveau, les apparences sont  (presque) sauvées : les candidatures indépendantes sont autorisées, les autres candidats obtiennent le droit de s'exprimer pendant deux heures gratuitement dans les medias d'Etat et l'OSCE est finalement autorisée à envoyer des observateurs pour le vote.
Mais les deux heures gratuites des 3 autres candidats ne font pas le poids face à la campagne massive de Loukachenko, d'autant plus que leurs propos sont partiellement censurés. L'OSCE insiste, de plus, sur les possibilités de fraude que permet le vote par anticipation cinq jours avant le vote et 19 parlementaires n'obtiennent pas de visa pour pouvoir observer les élections. (voir le communiqué de presse de l'OSCE du 20 mars 2006).

 

Le résultat n'est donc pas une surprise : le président Loukachenko est réélu avec plus de 82% des voix. Alexander Milinkievitch obtient lui 6% des suffrages et les deux autres concurrents autour de 3%. Dans son analyse de l'élection, l'observatoire des élections en Europe reprend les résultats d'une enquête indépendante faite en mars, avant les élections, qui établie que 58% des électeurs ont l'intention de voter pour le président Loukachenko et 27% pour Milinkievitch.

 

Depuis Alexander Milinkievitch continu à faire entendre sa voix dissidente, toujours de manière pacifique.Son travail comme de voix de l'opposition démocratique est forcément particulièrement difficile dans un pays où la presse indépendante a été économiquement asphyxiée par le pouvoir et où les journalistes indépendants sont poursuivis (cf. le rapport annuel de Reporters sans frontières). Il a lui-même été condamné à 15 jours  de prison le 27 avril 2006 pour avoir organisé une manifestation non-autorisée.

 

Néanmoins, Milinkievitch voyage, est accueilli dans les chancelleries européennes et tente d'attirer l'attention sur son pays, considéré comme "la dernière dictature d'Europe" et pourtant si peu connu.

 

Alexander Milinkievitch aura prochainement une nouvelle occasion de porter son message : il est le lauréat du prix Sakharov, le prix du Parlement récompensant les personnes "en lutte contre l’oppression, l’intolérance et l’injustice". Il était soutenu par le plus important des groupes politiques au Parlement européen, le PPE-DE. Il recevra le prix Sakharov le 13 décembre 2006, en session plénière du Parlement européen à Strasbourg.

{mos_ri}   

 

Ajouter un commentaire